Les comptines traditionnelles de notre répertoire sont un excellent support des activités rythmiques préparatoires à la lecture et à l’écriture.

Tous les outils qui sont proposés sur ce blog nous montrent combien le jeune enfant a besoin de bouger, y compris lorsqu’il apprend.

William Lémit (1), auteur d’un fascicule sur les jeux enfantins du folklore français, explique que ce mouvement se fait en musique :

« La musique appelle le mouvement, le mouvement de son côté appelle la musique ».

Si donc nous voulons favoriser le mouvement chez l’enfant, il paraît clair qu’on ne peut le favoriser sans musique.

Des musiciens et pédagogues comme Justine Ward, Zoltan Kodaly, Emile Jacques-Dalcroze ou Martenot ont mis en place des outils à la portée de tous pour prendre plaisir à chanter. Ne pas hésiter à se former à ces techniques.

Je vais donc mettre en ligne des partitions de comptines françaises, parce qu’il n’est pas toujours aisé de choisir ou de trouver les paroles de tel ou tel chant.

Le choix du chant ou de la comptine doit se faire sur 3 critères :

  • l’enfant ne peut chanter ni trop lentement ni trop vite ;
  • l’enfant ne peut chanter ni trop grave ni trop aigu ;
  • l’enfant dispose d’une capacité respiratoire réduite.

En appliquant ces critères, on est sûr de choisir un chant qui correspond aux compétences des enfants.

L’image contient peut-être : 1 personne, texte qui dit ’Avant de parler, un enfant chante. Avant d'écrire, il dessine. Des qu'il est debout, il danse. L'Artest est le fondement de l'expression humaine. Phylicia Rashad’

« Ce que l’enfant entend, il doit être capable de le chanter et puis de l’écrire et de le lire ». (2)

Kodaly parle d’écriture musicale, pourquoi ne pas transposer cette phrase à la lecture et l’écriture des mots ?

(1) William Lémit, Jeux enfantins du folklore français, Ed.du Scarabée.

(2) Revue musicale de Suisse Romande, 29è année, N°4, Hiver 1976.